"La plupart des gens se rendent malades à force d'essayer d'être quelqu'un qu'ils ne sont pas." A. Ellis.
   "La plupart des gens se rendent malades à force d'essayer d'être quelqu'un qu'ils ne sont  pas." A. Ellis.

Psychologue, psychiatre, psychothérapeute, thérapeute...?

 

En France, le titre de psychologue est donné à la personne titulaire d'un grade de master en psychologie dans une université, correspondant à 5 années d'études.

Le psychologue peut exercer dans différentes institutions, y compris en entreprise.

 

Le psychologue clinicien a effectué un master spécifiquement orienté vers la clinique, incluant l'étude des psychopathologies (maladies du psychisme), leurs classifications et leurs traitements. Cette personne est formée à l'entretien clinique et aux évaluations.

 

Seul le psychologue clinicien obtient le titre de psychothérapeute à l'issue de ses études, puisqu'elles incluent des stages en institutions psychiatriques.

Les autres diplômes de psychologie ne permettent pas d'exercer la psychothérapie. Le diplômé doit effectuer un stage supplémentaire, dit "clinique'" afin d'obtenir le titre de psychothérapeute, et recevoir une formation en psychopathologie.

 

Le titre de psychiatre est obtenu à l'issue d'études de médecine, incluant un internat en psychiatrie. Le psychiatre est un médecin qui a choisi comme spécialité la psychiatrie, au même titre qu'un gynécologue est un médecin qui a choisi comme spécialité la gynécologie. Il est formé au diagnostic des troubles mentaux, à leur évaluation, leur suivi et au traitement médicamenteux si celui-ci s'avère nécessaire. Il est conseillé de consulter un psychiatre pour la prescription d'un traitement en lien avec des troubles psychiques.

Le titre de psychiatre donne le droit d'exercer la psychothérapie.

 

Le terme thérapeute n'est pas protégé, contrairement à celui de psychothérapeute. Soyez attentifs aux titres des professionnels que vous consultez, ainsi qu'aux pratiques proposées. N'hésitez pas à demander un numéro ADELI, qui atteste de l'enregirstrement du professionel auprès des autorités compétentes.

 

Vous trouverez ici le rapport de l'Inserm sur l'évaluation des approches en psychothérapies:  http://www.ipubli.inserm.fr/handle/10608/57

 

Déontologie et éthique

 

Comme pour de nombreuses professions de santé, il existe un code de déontologie des psychologues. Il n'a pas obligatoire de le signer, il regroupe cependant plusieurs articles concernant la pratique de la psychologie et de la psychothérapie.

 

Vous pouvez le lire ici : http://www.codededeontologiedespsychologues.fr/LE-CODE.html

 

"L’éthique (du grec ethos « caractère, coutume, mœurs ») est une discipline philosophique portant sur les jugements de valeur. L'éthique se définit telle une réflexion fondamentale[ sur laquelle la morale établira ses normes, ses limites et ses devoirs. Sa formulation se caractérise par des énoncés normatifs, prescriptifs ou encore évaluatifs parmi lesquels on trouve des impératifs catégoriques. La démarche éthique se distingue donc de la démarche scientifique qui elle se base sur des jugements de fait formulés dans des énoncés descriptifs." (wikipédia)

L'éthique est enseignée à l'unversité dans les cursus des professionnels de santé.

 

La PNL et autres coaching

 

La programmation neurolinguistique n'a pas de bases scientifiques, son enseignement se fait en quelques semaines dans des instituts, et les personnes formées ne sont pas psychothérapeutes. La PNL était surtout destinée à la vente. Elle est épinglée par la Mision Interministérielle de la Lutte contre les Sectes :

 

"Les fondements de cette discipline et l'absence systématique de vérification - au sens expérimental du terme - nous font conclure à une utilisation abusive et, surtout antiscientifique. S’agissant de l'emploi de cette méthode à des fins psychothérapeutiques, on ne peut qu'être inquiet quant au devenir des patients consultant ces "pseudo-praticiens". En ce sens, la conclusion de la Mission Interministérielle de Lutte contre les Sectes (MILS) est très claire puisqu’elle précise en faisant référence à la PNL que « L’absence de principes déontologiques orientés vers l’aide et la santé, plutôt que vers l’exploitation et le profit, l’absence de connaissances en psychopathologie et en psychiatrie permettant d’aider ou d’orienter les personnes perturbées, l’absence de formation scientifique permettant de relativiser les connaissances et ne pas prétendre à la vérité, caractérisent les pratiques qui font question » (2001, p 101)." (Christiant Balicco, la PNL, ou l'art de manipuler ses semblables)

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Leslie Marneau, 2018